Padmasambhava

Padmasambhava

gurupema.jpg

Le Bouddha omniscient avait fait de nombreuses prophéties et parmi l’une d’elles il dit : «Au pays d’Oddiyana j’apparaîtrai moi-même et, sous le nom de Né du lotus, révélerai la doctrine des Mantras secrets. » (Cf. Le Dict de Padma, Les Deux Océans, 1994)


En disant cela, le Bouddha évoquait donc la venue de celui que les Tibétains appellent Guru Rinpotché, le Précieux Maître, dont la réalisation et les qualités seraient en tous points de vue identiques aux siennes.
Il est coutume de dire que, parmi les quatre formes de renaissance possibles, Padma choisit la naissance miraculeuse et naquit donc spontanément au sein d’un lotus dans ce qu’on pense être aujourd’hui la Vallée de Swat, au Pakistan, qui fut longtemps indienne. Un roi le recueillit et avait pour projet d’en faire son dauphin. Mais Padma refusa le trône et, au cours de multiples péripéties, eut deux parèdres spirituelles : Mandarava et Yéshé Tsogyal, qui l’aidèrent à accomplir la Voie et développer ses accomplissements.

L’Histoire dit que le roi dévot du Tibet, Trisong Détsèn, souhaita instaurer dans son pays la doctrine bouddhique et invita le grand Shantarakshita, Abbé de l’université indienne Nalanda, pour faire ordonner les premiers moines du Pays des Neiges, importer les textes etc. Mais le Tibet fut auparavant, et depuis bien des siècles, de religion chamanique Beun et les esprits locaux opposaient leurs forces contre la venue du Bouddhisme. C’est pourquoi il fut décidé d’inviter alors le grand yogi Padmasambhava dont la puissance spirituelle finissait par être réputée jusqu’au-delà des frontières. Cette puissance lui permit de déjouer les entraves à l’instauration du Bouddhisme au Tibet en permettant ainsi la préservation non seulement des Véhicules communs mais aussi du Vajrayana.

 

En effet, Guru Rinpotché fut à l’origine de la première période de traduction et de l’école des Anciens (Nyingma) grâce à la lignée kama, et surtout cacha des trésors spirituels (termas) dans la terre, dans l’espace, dans l’esprit de ses 25 disciples proches, etc., faisant ainsi en sorte que l’inévitable déclin des enseignements soit ralenti, car de nombreuses émanations de ces 25 premiers disciples, appelés « découvreurs de trésors » (terteuns) ont favorisé au fil des siècles une certaine « fraîcheur » quant aux textes, sans déformations éventuelles.

Guru Padmasambhava, ayant accompli son oeuvre spirituelle au Tibet, est dit être parti en Corps de lumière vers le royaume des Dakinis où, sous le nom de Toethrengtsel, il octroie ses bienfaits à l’infinité des êtres.

 

En savoir plus...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Padmasambhava